CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Accrochage scolaire

1. Décrocher... un chemin ?
Un service d’accrochage scolaire vu par d’anciens bénéficiaires
Par Jacqueline Fastrès, Caroline Garzón et Laurence Watillon

2. Quelles politiques et pratiques en matière d’accrochage scolaire en Région bruxelloise ? Tentative d’analyse partagée
Par Jean Blairon (dir.), Orlando Alves, Khaled Boutaffala, Maurice Cornil, Marc De Koker, Bernard De Vos, Abdelillah Hamssi, Nathalie Lion, Paul Maurissen, Jean-Luc Nsengiyumva, Jérôme Petit, Didier Piron et Claude Prignon

Décrocher... un chemin ?

L’étude s’articule autour de deux axes :
- ce qui amène les jeunes au SAS, selon leur propre analyse ;
- comment l’action du SAS produit des effets, et lesquels.

Les SAS (services d’accrochage scolaire) sont des structures agréées à la fois par l’enseignement et par l’aide à la jeunesse pour aider des jeunes en décrochage à se reconnecter avec leur parcours scolaire.

Cette étude a été réalisée à la demande d’un SAS bruxellois, le Seuil, qui souhaitait, après quelques années de fonctionnement, récolter le point de vue d’anciens bénéficiaires sur leur passage au sein de leur structure. 14 jeunes ont accepté de retracer leur parcours avant, pendant et après le SAS.

De ce riche matériau émerge un point de vue lucide et perspicace sur ce qui a poussé ces jeunes au décrochage (pas toujours l’école elle-même, mais un ensemble de facteurs qui se co-produisent) et en quoi un service comme un SAS peut entraver cette trajectoire, voire renverser la vapeur (pas toujours pour un retour à l’école, pas toujours tout de suite et pas dans tous les cas). C’est surtout au niveau de leur subjectivation restaurée que les jeunes ressentent les effets de cette parenthèse dans leur scolarité. Et pour eux, c’est très loin d’être un effet négligeable.

Pour rendre raison au mieux des mécanismes décrits par les jeunes, les auteurs de cette analyse ont mobilisé deux théories sociologiques : la notion d’intéressement de Michel Callon, et celle de désaffiliation de Robert Castel. Les articuler leur permet de jeter un regard singulier sur la question du décrochage scolaire et sur les enjeux que sont ceux des SAS.

Lire l’étude

Quelles politiques et pratiques en matière d’accrochage scolaire en Région bruxelloise ? Tentative d’analyse partagée

Cette analyse est le fruit d’un séminaire placé sous le patronage du Délégué général aux droits de l’enfant et réunissant les divers acteurs éducatifs qui, à Bruxelles, concourent, chacun dans le cadre de ses missions, à la lutte contre le décrochage scolaire et au soutien à l’accrochage. Si ces acteurs (les surveillants éducateurs, les médiateurs, les agents des CPMS, les services d’aide en milieu ouvert du secteur de l’aide à la jeunesse et les services d’accrochage scolaire) partagent une unité d’action, et, partiellement, de lieu et de temps, la convergence entre eux reste cependant très souvent à construire. Le produit de cette analyse collective a pour visée, avec toute la modestie qu’une action expérimentale requiert, de contribuer au débat public sur cette problématique si importante. L’angle d’approche choisi est celui développé par la sociologie de l’acteur-réseau : si les divers protagonistes se considéraient comme faisant parie d’un réseau d’acteurs à intérêts différents, il s’agirait alors de réaliser une traduction commune des intérêts et des mobilisations. Les enjeux de ce travail sont ici abordés.

Lire l’analyse

Documents joints