CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Commission globale : appel à un contrôle responsable des drogues

Communiqué de presse de la Fedito publié le 24 septembre 2018

La Fédération bruxelloise des Institutions pour Toxicomanes (FEDITO BXL, Belgique), la Fédération Addiction (France) et le Groupe Romand d’Etudes des Addictions (GREA, Suisse) saluent le nouveau rapport de la Commission globale de politique en matière de drogues publié aujourd’hui et intitulé La régulation : le contrôle responsable des drogues. Ce rapport examine en détail la manière dont les gouvernements peuvent prendre le contrôle des marchés des drogues par une régulation légale et responsable. La FEDITO BXL, la Fédération Addiction et le GREA soutiennent les recommandations qui visent à renforcer la santé publique et les droits humains, tout en affaiblissant les organisations criminelles qui tirent profit des marchés.

Depuis 2011, date de sa création, la Commission globale brise un tabou : « la guerre à la drogue provoque des dégâts mais les politiques désastreuses des gouvernements encore davantage » aimait à déclarer feu son représentant, Kofi Annan. Dans son nouveau rapport, la commission émet sept recommandations concrètes pour sortir de la spirale punitive et se réorienter vers un régime de contrôle basé sur les preuves scientifiques, la santé et les droits humains. Les leaders mondiaux prônent ici la réglementation de tous les produits illégaux mais aussi la régulation de produits légaux surconsommés, l’introduction de projets pilotes et la diffusion d’informations afin que la population puisse se forger une opinion objective de ce changement de paradigme.

La FEDITO BXL, la Fédération Addiction et le GREA soutiennent avec force ce rapport. Il constitue une base solide et tangible pour repenser de manière pragmatique les implications de la transition vers des marchés régulés, un sujet qui fait débat sur le plan international jusque dans nos villes.

Ce n’est un secret pour personne, la Belgique située au cœur de l’Europe, est particulièrement exposée au narcotrafic, que ce soit comme point d’entrée de drogues via le port d’Anvers ou comme plaque tournante. La situation perdure malgré l’application, pendant des décennies, d’une « politique drogues » axée prioritairement sur le sécuritaire et la répression. Mais force est de constater que les drogues sont disponibles partout, peut-être plus encore aujourd’hui qu’hier. L’offre et le deal s’adaptent. La répression augmente les profits. Il faut aujourd’hui avoir le courage de dénoncer le gaspillage de moyens publics et l’échec d’une politique qui n’a diminué ni l’offre, ni la demande, ni la criminalité, mais qui va à l’encontre de stratégies de santé publique. Malgré le coût énorme de ces politiques, les personnes poursuivies, les victimes de la « guerre aux drogues » sont, en énorme majorité, des usagers, des citoyens ayant un problème d’addiction, et leurs familles. Les trafiquant eux-mêmes sont rarement inquiétés. La loi de 1921 est indéniablement obsolète pour répondre à cette problématique complexe.

Le rapport de la Commission globale de politique en matière de drogues est présenté ce lundi dès 14h30, heure belge, à Mexico par Ruth Dreifuss, présidente de la commission et ancienne présidente de la Confédération Helvétique (voir dossier de presse de la Commission globale). Il se fonde sur le fait avéré que plus de 250 millions de personnes s’exposent à des risques parce qu’elles consomment des drogues.

Le rapport de la Commission globale constitue un instrument exemplaire pour nos décideurs sur le long chemin du contrôle sur les drogues.
Accès au dossier de presse de la Commission et au rapport sur :
http://www.globalcommissionondrugs.org

Contacts pour la Belgique :
Sébastien ALEXANDRE, Directeur, FEDITO BXL, 0474 96 30 40, s.alexandre@feditobxl.be