CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Donnons-nous les moyens d’accompagner les réfugiés !

Une opinion de Malou Gay, co-directrice du CIRÉ (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) publiée le lundi 28 septembre 2015 sur www.lalibre.be

L’actualité le démontre chaque jour : les demandeurs d’asile arrivent nombreux chez nous, pour demander la protection. Ils fuient la guerre et les violences. La Belgique, en vertu de ses engagements internationaux, se doit de les accueillir dignement, durant leur procédure, à l’instar des autres pays membres de l’Union européenne. Alors, dans l’urgence, le gouvernement ouvre des nouvelles places d’accueil. Mais ensuite ? Une fois reconnus réfugiés, ils devront chercher un logement, apprendre la langue, trouver un travail. Aux différentes étapes du parcours des demandeurs d’asile, les associations qui les accompagnent ont un rôle primordial. Pourtant, elles ont perdu - ou sont en passe de perdre - une grande partie de leurs financements structurels. Alors que leur rôle est plus que jamais nécessaire.

Pourquoi une telle situation ?

Pour comprendre la situation dans laquelle se trouvent actuellement ces associations, revenons un peu en arrière.

2014 : Dans un contexte de réduction du nombre de demandeurs d’asile, le Gouvernement et Fedasil (l’agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile) ont mis en place un nouveau modèle d’accueil, prévoyant principalement l’accueil dans des centres collectifs et dans des initiatives locales d’accueil (ILA) gérées par les CPAS, à charge de ceux-ci d’aider les réfugiés ayant obtenu leur statut à trouver un logement sur le marché privé afin de libérer leur place d’accueil pour d’autres demandeurs d’asile et de les accompagner dans leur chemin d’intégration.

Au passage, on a supprimé de nombreux logements d’accueil individuels gérés par les associations, qui ont pourtant une expertise de longue date dans l’accompagnement des demandeurs d’asile et l’aide à l’insertion de ceux-ci une fois le statut de réfugié obtenu. (Lire l’article dans son intégralité sur le site de La Libre Belgique)