CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Etre solidaire, un acte lucratif ?

Le projet de loi fédérale sur le "travail associatif" ou semi-agoral sera plus que probablement voté majorité contre opposition au Parlement cette semaine, malgré l’opposition de la société civile, des instances patronales et syndicales et de tous les partis politiques francophones (à l’exception du MR, qui ne s’y oppose pas malgré le manque à gagner pour les petits indépendants). Carte blanche collective, appuyée par le CBCS et diffusée sur le site du quotidien Le Soir (05/06/2018)

Si ce projet peut séduire à titre individuel (il sera permis de blanchir de l’argent noir jusqu’à concurrence de 500 € par mois), il n’en reste pas moins dangereux (quid en cas d’accident ’de travail’, par exemple), et surtout fera perdre, selon les estimations de la Cour des comptes, 190 millions € à la sécurité sociale.

Pour les rétroactes, c’est ICI

Pour lire la carte blanche, c’est ICI ou sur le site du Soir.be

Plus qu’un phénomène de société, derrière une volonté légitime du gouvernement de réduire le marché noir, d’encadrer l’économie dite collaborative, de régir l’ubérisation de certaines activités, il institutionnalise peu à peu la marchandisation d’une valeur fondamentale : la solidarité entre les personnes. Posons-nous les questions suivantes : demain, allons-nous compléter notre feuille d’impôts en y mentionnant l’aide que nous avons apporté à nos parents à se soigner ? Allons-nous les confier à des inconnus dont nous n’aurons aucune idée des qualifications ? Allons-nous calculer la rentabilité potentielle de venir en aide ou non à nos voisins ? Allons-nous mettre en concurrence un indépendant avec un citoyen lambda pour l’entretien de notre pelouse ? …

A lire aussi

500 euros défiscalisés : la Cocof et la FWB dénoncent le passage en force du Fédéral

500 euros défiscalisés : passage en force de Maggie De Block !

Documents joints