CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Guerre mondiale contre la drogue : 10 ans de perdus

Un nouveau rapport publié par International Drug Policy Consortium (IDPC) montre que la stratégie onusienne sur les drogues des dix dernières années est un échec absolu. L’objectif était pourtant d’éradiquer le marché mondial de la drogue d’ici 2019. Le rapport appelle à une reconsidération de la stratégie onusienne pour la prochaine décennie. (22/10/2018)

Le rapport, « Bilan : 10 ans de politiques des drogues – Un rapport parallèle de la société civile » est une réponse de l’IDPC et de son réseau composé de 174 ONG au fait que ni les gouvernements, ni l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime n’ont effectué une évaluation complète de leur plan sur 10 ans. Ce plan, basé sur l’approche discréditée de « guerre contre la drogue » a eu des conséquences catastrophiques sur la santé, les droits humains, la sécurité et le développement, alors que l’offre mondiale en drogues reste inchangée.

Faisant usage de données provenant de l’ONU, ainsi que de ressources gouvernementales, académiques et de la société civile, le rapport de l’IDPC montre que cet objectif onusien a été spectaculairement manqué.

Helen Clark, ex-Premier Ministre de Nouvelle Zélande et membre de la Commission Globale sur les Politiques des Drogues, déclare dans le rapport :

" Ce que nous apprenons dans le rapport parallèle est irréfutable. Depuis que les gouvernements ont commencé à collecter des données sur les drogues dans les années 1990, la culture, la consommation et le trafic de drogues ont atteint des niveaux record. Les politiques actuelles en matière de drogues sont par ailleurs un obstacle important à d’autres objectifs socio-économiques […] alors que des millions de personnes sont tuées, portées disparues ou déplacées à cause de la "guerre contre la drogue"."

Ce constat vaut également pour la Belgique, où la consommation et la disponibilité des drogues ne diminuent pas, malgré l’augmentation des quantités saisies par la police et les services douaniers, et la "tolérance zéro" prônée par le gouvernement fédéral.

Données clés du Rapport parallèle de la société civile :
En Belgique, près d’un tiers des détenus est incarcéré pour des motifs liés directement ou indirectement à des faits de drogues.
Une augmentation de 145% des décès liés à la consommation de drogues depuis 10 ans, pour atteindre 450 000 décès lors de l’année 2015.
Au moins 3 940 personnes exécutées pour un délit lié à la drogue au cours des dix dernières années, alors que la peine de mort reste permise dans 33 juridictions pour délits de drogues, en violation aux standards internationaux de droits humains.
27 000 exécutions extrajudiciaires résultant de la guerre contre la drogue aux Philippines.
Plus de 71 000 décès par overdose aux États-Unis en 2017.
Une épidémie mondiale de la douleur, causée par des restrictions d’accès aux médicaments contrôlés, laissant 75% de la population mondiale sans accès à un traitement antidouleur.
Incarcération en masse causée par la criminalisation des personnes usagères de drogues : une personne sur cinq est actuellement incarcérée pour délit de drogue, principalement pour possession pour usage personnel.

L’International Drug Policy Consortium est un réseau mondial de 174 ONG dont l’objectif est de promouvoir un débat ouvert et objectif sur les politiques relatives aux drogues au niveau national et international, et de soutenir des politiques ayant prouvé leur efficacité à réduire les risques et les dommages. En savoir plus : www.idpc.net/fr.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Sébastien ALEXANDRE
Directeur de la FEDITO BXL asbl
0474.96.30.40
s.alexandre@feditobxl.be