CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

"L’Alpha a les boules !"

Ce 8 septembre, Journée internationale de l’alphabétisation, le secteur investit l’espace public pour faire entendre ses inquiétudes et rappeler la priorité d’une politique coordonnée pour le droit à l’alphabétisation.

Ce 8 septembre, c’est la 31e année consécutive que Lire et Ecrire marque la Journée internationale de l’alphabétisation en Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette année, Lire et Écrire dénonce l’exclusion de plus en plus forte que subissent certaines catégories de personnes qui veulent suivre une formation en alphabétisation.

Parce que « sans l’exercice du droit à l’éducation pour tous, défi qui est au cœur du travail des organismes d’alphabétisation, il est difficile aux citoyennes et citoyens d’aujourd’hui d’exercer tous leurs autres droits » (Journal de l’Alpha, n°190), le message de cette campagne 2014 se centre sur :

• Exprimer le ressenti général face à l’État social actif via le slogan "L’Alpha a les boules !"
• Mettre en avant le danger de la catégorisation de leurs publics  : alors qu’une partie arrive en formation sous la contrainte (CPAS, ONEM, acquisition de la nationalité belge, etc.), une autre partie ne parvient pas ou plus à se former (les parents des jeunes enfants sans crèches, les non-primo arrivants, ceux qui n’ont pas de moyens de transport, etc.)
• Promouvoir le modèle de société basé sur la solidarité et le droit à une alphabétisation de qualité pour tous.

"En Fédération Wallonie-Bruxelles, le secteur de l’alphabétisation est influencé par une multiplicité de politiques publiques. Si les principaux acteurs ont effectivement des espaces de concertation, force est de constater que la conférence interministérielle sur l’alphabétisation ne s’est plus réunie depuis cinq ans et qu’il faudrait maintenant pouvoir passer d’une politique de cohabitation à une politique coordonnée autour de priorités communes dans la réalisation du droit à l’alphabétisation. (...) Autre point de vigilance : les relations entre les pouvoirs publics et les associations. La complexification administrative empêchant d’affecter plus de moyens à l’action de première ligne, le manque de reconnaissance de l’expertise pédagogique développée par le secteur pour éviter la reproduction de l’échec scolaire et la propension à confondre les espaces de contrôle social avec ceux de l’apprentissage sont des préoccupations importantes".

Extraits de "Alphabétisations pour le 21e siècle", par Sylvie PINCHART et Catherine STERCQ, édito du Journal de l’Alpha n°190.
Pour plus d’infos sur la campagne : cecilia.locmant@lire-et-ecrire.be – Tél. : 02 502 72 01

Documents joints