CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

L’Ilot a reçu le Prix Fédéral de lutte contre la pauvreté MAIS …

"Nous acceptons ce prix parce que le refuser, ce serait dire que nous n’en avons pas besoin (...). MAIS accepter ce prix est aussi très difficile (...) sans dire que ces mêmes secteurs, salués aujourd’hui, subissent depuis plusieurs années les conséquences désastreuses pour notre public de politiques d’austérité et d’exclusion, menées par des gouvernements, plus particulièrement menées par le gouvernement qui organise ce prix et qui est probablement devenu la plus grande fabrique de précarité, une fabrique basée sur le maintien ou le renforcement des inégalités sociales et économiques." (extrait du discours)

Contexte

Depuis 10 ans, le SPP Intégration Sociale remet chaque année le Prix fédéral de Lutte contre la pauvreté. Ce dixième anniversaire est l’occasion pour les organisateurs de revenir sur les éditions antérieures et de définir ce qu’ils voient comme une « vision ambitieuse et durable en matière de lutte contre la pauvreté ».
Les lauréats et nominés des années précédentes ont dès lors été invités à décrire leur vision des actions et enjeux futurs de la lutte contre la pauvreté. Un jury composé d’expert·e·s issu·e·s d’associations, d’organismes à but non lucratif et autres a examiné les réponses reçues et sélectionné les 9 candidats qui ont concouru au premier prix, d’une valeur de 15.000 euros.

Actualité

Cette année, la décision finale revenait aux citoyens et citoyennes. Une occasion en or pour les acteurs et actrices de terrain d’obtenir une reconnaissance de prestige qui les récompense et (surtout) les stimule à relever le défi de la lutte contre la pauvreté – ou plutôt contre les inégalités - avec encore plus d’ardeur ! Lors de la cérémonie organisée aux Musées royaux des Beaux-Arts en présence de la secrétaire
d’Etat Zuhal Demir et sa Majesté la Reine ce vendredi 8 juin, L’Ilot a accepté le prix mais a porté un discours fort et militant qui a été salué par la plupart des personnes présentes.

« Nous acceptons ce prix parce que le refuser, ce serait dire que nous n’en avons pas besoin, alors que lorsqu’on travaille dans des secteurs aussi sous-financés que le nôtre et avec des personnes qui n’ont pas le temps d’attendre que la solution arrive, chaque euro compte et on finit par ne pouvoir refuser aucune aide.
MAIS accepter ce prix est aussi très difficile et il est impossible de l’accepter au nom de tout notre secteur et des secteurs qui sont proches du nôtre sans dire que ces mêmes secteurs, salués aujourd’hui, subissent depuis plusieurs années les conséquences désastreuses pour notre public de politiques d’austérité et d’exclusion, menées par des gouvernements, plus particulièrement menées par le gouvernement qui organise ce prix et qui est probablement devenu la plus grande fabrique de précarité, une fabrique basée sur le maintien ou le renforcement des inégalités
sociales et économiques. Un gouvernement qui détricote la sécurité sociale, qui exclut du chômage des catégories entières de la population et qui veut fermer les frontières à celles et ceux qui traversent les mers pour fuir la guerre ou la misère. Un gouvernement qui n’investira jamais assez pour financer les associations de terrain qui servent de dernier filet de sécurité pour celles et ceux qui ont été lâchés de toutes parts et dont les droits les plus élémentaires ne sont plus respectés. »

POur lire l’entièreté du discours prononcé lors de la remise du prix, c’est par ici.

L’Ilot en deux mots

L’Ilot a pour mission de répondre aux besoins rencontrés par les personnes sans abri et en situation de grande précarité en organisant une offre de services de première nécessité, d’accueil et d’hébergement temporaire, de création et de captation de solutions de logement, ainsi que de guidance à domicile pour les personnes récemment relogées.

Documents joints