CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

L’UCL tranche sur la question des travaux d’intérêt général pour les chômeurs

La mesure est dans l’air : faut-il forcer les chômeurs à réaliser des travaux d’intérêt général ?

"La conclusion de l’étude des chercheurs de l’UCL est sans équivoque : une telle mesure serait à la fois inefficace et injuste. Elle doit donc être abandonnée. De quoi alimenter le débat en pleine formation du futur gouvernement fédéral.

L’étude a été menée par le professeur Bruno Van der Linden, spécialiste du marché du travail. Il rappelle d’abord le principe d’une telle mesure appelé " workfare " dans les pays anglo-saxons : "Il s’agit d’imposer la participation à des activités, jugées utiles par le décideur public, en échange du maintien (voire d’une amélioration) du niveau des indemnités d’assurance-chômage. (…) Le refus de participer serait interprété comme un signe d’indisponibilité à l’égard du marché du travail et entraînerait, immédiatement ou en cas de récidive, une sanction, par exemple, la fin de droit à l’assurance-chômage". L’idée n’est pas neuve, elle est déjà appliquée dans plusieurs pays comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Canada".

Lire la suite de cet article "L’UCL n’est pas pour imposer des travaux d’intérêt général aux chômeurs" (05/09, par Michel Visart) sur www.rtbf.be

Accès à l’intégralité de l’étude de l’UCL sur www.regards-economiques.be

Autre réaction sur le sujet : "Travail obligatoire des chômeurs : à quoi joue la suédoise ?", (05/09, par Laurence Van Ruymbeke), dans le Vif.