CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

L’entrepreneuriat social, gros pourvoyeur d’emplois

Un travailleur sur huit est employé dans le social, qui est mal représenté.
Par Mathieu Colleyn, dans La Libre Belgique, mercredi 10 juin 2015.

Près d’un emploi sur huit relève de l’entrepreneuriat social. C’est ce que révèle le baromètre du secteur présenté hier par l’Académie des entrepreneurs sociaux de HEC-ULG. La Belgique comptait, en 2013, 16 710 entreprises sociales représentant quelque 367 000 emplois. Précision : l’étude universitaire prend l’entrepreneuriat social au sens large, c’est-à-dire qu’elle englobe et les entreprises privées et le tissu associatif en tant qu’employeurs. C’est d’ailleurs dans les ASBL que l’on retrouve le plus d’emplois dans le domaine (90 %). Le secteur connaît un véritable boom à en croire ce baromètre puisque entre 2009 et 2013, son volume d’emplois a connu une croissance de 8,3 %.

Risques de tassement

Mieux, durant la crise de 2008-2009, la croissance de l’emploi y a été de 3,8 % alors que dans le même temps, il baissait de 3,6 % dans le secteur privé. Comment expliquer pareille évolution ? "Nous avons deux hypothèses d’explication, répond Julie Rijpens, directrice de l’Académie des entrepreneurs sociaux de HEC-ULG. D’une part, en temps de crise les besoins pour les services offerts par les entreprises sociales ont tendance à augmenter. Et d’autre part, ce type d’emploi est subsidié de manière structurelle par les pouvoirs publics."

La directrice ne cache pas que les années à venir pourraient marquer le pas. En cause, les effets de la crise qui peuvent arriver en décalage, mais aussi la pression budgétaire qui s’exerce sur les pouvoirs publics. Par ailleurs, les implications des transferts de compétences qui touchent directement le secteur des entreprises sociales sont encore mal connues à ce stade. Quoi qu’il en soit, vu le poids de celui-ci dans l’économie, il s’agit d’en tenir suffisamment compte, plaide l’Académie. Elle regrette l’absence d’une plateforme qui pourrait représenter les entreprises sociales au niveau institutionnel.

Près de 31 % des entreprises sociales sont actives dans le secteur de la santé. Vient ensuite ceux de l’action sociale (24,6 %), des activités médico-sociales (16,7 %) et de l’enseignement (5 %).

Lire l’article en ligne.

Pour en savoir plus sur l’Académie des Entrepreneurs Sociaux (HEC-ULg) et avoir accès au baromètre des entreprises sociales en Belgique.

EGALEMENT EPINGLE !

D’après une étude de la Banque nationale pour la Fondation Roi Baudouin, le poids économique des associations continue de croître : le secteur emploie un Belge sur neuf.

Dans un contexte morose, un secteur poursuit sa croissance, celui des isbl, les institutions sans but lucratif. Le secteur associatif reste en effet un acteur majeur de l’économie belge : il contribue à la richesse nationale, avec 5,5 pour cent du PIB, et il emploie quelque 446.000 personnes ou 11,9 pour cent du marché de l’emploi.

Lire l’intégralité de l’article sur le site de la FRB.