CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

La politique fédérale d’accueil des réfugiés pose question.

Le CBCS soutient la position du CIRé dans le débat sur l’accueil des réfugiés et s’inquiète des décisions prises par le Gouvernement fédéral.

Le Gouvernement belge vient d’annoncer sa décision de supprimer 10.000 places d’accueil pour les demandeurs d’asile. Et, au passage, d’évincer un partenaire historique : les associations, dont le CIRÉ.

Le Gouvernement profite en effet du plan de fermeture de 10.000 places pour supprimer le modèle d’accueil des associations actif depuis 17 ans. En partenariat avec Fedasil, elles proposent aux demandeurs d’asile un hébergement dans des appartements, avec un accompagnement adapté à leurs besoins. Un modèle d’accueil reconnu qui favorise l’autonomie et l’intégration.

Suite aux décisions gouvernementales, seules resteront des places "d’urgence et temporaires". Dans un contexte de politique migratoire restrictive, de dissuasion des demandeurs d’asile, les associations - par leur discours et leurs pratiques de défense des droits, d’intégration et de cohésion sociale - gênent.

Accueil des demandeurs d’asile : ces associations qui dérangent - Carte blanche du 17 juin 2016, CIRé

Outre le changement de paradigme -remplacer un dispositif favorisant l’intégration par un dispositif d’urgence -, cette décision va peser lourd sur l’emploi : 1 000 postes de travail vont passer à la trappe dans le réseau associatif.

Réuni en Conseil d’administration ce 27 juin 2016, le CBCS soutient le réseau d’accueil des réfugiés qui dénonce cette mesure.

EN SAVOIR PLUS

Accueil des demandeurs d’asile : une nouvelle crise annoncée ? (Ciré, 2 juin 2016)

Accueil des réfugiés : le gouvernement va fermer 30 centres d’accueil (RTBF, 3 juin 2016)

Fedasil : 10 000 places d’accueil en moins, vers un "grand tsunami social" ? (RTBF, 20 juin 2016)

Le bulletin de Théo Francken (LDH, 20 juin 2016)

AWI, CBCS (27/06/2016)