CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

La rubrique agenda du 14/11/2016

14.11.2016

28/11/2016 - Racisme et sexisme dans le secteur du care

Un partenariat La Class et Centre Librex

Parce que le secteur du care touche des personnes en situation de faiblesse et en demande d’aide, mais aussi parce qu’il se compose de beaucoup de travailleur(euse)s issu(e)s de l’immigration, la lutte contre les préjugés et les discriminations recouvre des réalités complexes, difficiles à appréhender. Or, cette lutte constitue un enjeu important dans une société multiculturelle où le vivre ensemble nécessite un travail quotidien.

De nombreuses structures sont confrontées à des situations conjuguées de sexisme et de racisme au niveau des praticiens et des patients, situations qui ont une incidence tant dans la qualité de leurs relations que dans la qualité du travail, de l’accueil et des services. Comment ces problématiques sont-elles prises en compte par les équipes professionnelles et dans l’organisation du travail ?

La Class et le Centre Librex proposent une après-midi d’échanges afin de mettre en commun les questionnements et réfléchir à leur pertinence. En réunissant des personnes issues d’activités professionnelles qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble, nous souhaitons croiser les regards, repérer peut-être des similitudes dans les difficultés rencontrées, enrichir les points de vue. L’objectif sera aussi de déboucher sur des actions porteuses de bonnes pratiques, à définir ensemble.

Dossier ici

L’après-midi de travail s’organisera en tours de table successifs au cours desquels la parole de chacun-e sera valorisée.

Autour de la table :

Fatima Hanine et Rachid Bathoum (Centre interfédéral pour l’égalité des chances), Françoise Goffinet (Institut pour l’Egalité entre les Femmes et les Hommes), Katinka In’t Zandt (MM Free Clinic), Arne Kenis (MRS Ursulines), Anne Fontaine (Aide Famille Schaerbeek), Bernadette Miezi (Infirmière en MRS), Naïma Akhamlich (CPF Marolles), un-e représentant-e du SETCa, Marc Mayer (Ecole de Santé publique-Erasme), Anoutcha Lualaba Lekede (Question Santé), Pascale Maquestiau (Le Monde selon les Femmes)et vous, toutes et tous.

De 13h30 à 17h / Bruxelles Laïque, 18-20 avenue de Stalingrad - 1000 Bruxelles / gratuit / Inscription obligatoire auprès de Véronique Lacroix : 02 535 06 78 - info@centrelibrex.be
Organisation : Anne Bernard - Centre Librex / Martine Dedal - La Class

01/12/2016 - Précarité et Santé Mentale : Qui mène la danse ?

Journée d’étude organisée par la CASS (Coordination de l’Action Sociale de Schaerbeek)
Une occasion pour les travailleurs sociaux d’explorer les liens entre santé mentale et précarité, de partager leurs constats, leurs expériences et leurs réalités.
La précarité provoque-t-elle des problèmes de santé mentale ? La santé mentale constitue-t-elle un facteur aggravant la précarité ? Quelle dimension entraine l’autre ? Qui mène la danse ?...

Une occasion pour les travailleurs sociaux d’explorer les liens entre santé mentale et précarité, de partager leurs constats, leurs expériences et leurs réalités. Une opportunité de tisser des liens et d’élaborer ensemble des stratégies d’action positives entre le secteur public et le secteur associatif. Une journée pour s’inspirer mutuellement, dépasser les clivages, promouvoir plus de transversalité dans les pratiques et explorer de nouvelles pistes de travail. La journée est ouverte à tous.

Lieu : Haute École Galilée, Rue Royale, 336 à Schaerbeek

Date : Le 1er décembre 2016 de 8h30 à 16h30

Programme détaillé, infos et inscription sur le site de la CASS.

5/12/2016 – Conférence-débat : « La vieillesse comme catégorie d’existence et de travail en maison de retraite »

Le Centre de Diffusion de la Culture Sanitaire a le plaisir de vous inviter à la présentation de l’ouvrage d’Iris Loffeier, sociologue (HESAV, Lausanne).

Panser des jambes de bois ?

La vieillesse, catégorie d’existence et de travail en maison de retraite

(PUF, 2015, Prix Le Monde de la recherche universitaire)

Présentation :

« Plutôt mourir ! » : voilà ce qu’évoque pour le plus grand nombre l’éventualité d’aller vivre en maison de retraite. Il faut dire que, depuis près de cinquante ans, ces établissements sont volontiers décrits comme des mouroirs. Ils perdurent pourtant, en tant que lieux hautement compétents car spécialisés et « adaptés » à la vieillesse, sous la surveillance accrue des services de l’État, dans ce qui est devenu un marché des solutions pour les personnes âgées.

Dans un tel cadre, les connaissances envisagées comme nécessaires pour bien agir en maison de retraite sont hantées par le spectre de la maltraitance et de plus en plus spécialisées, nombreuses, segmentées, normées et parfois contradictoires. Malgré les tentatives d’améliorations, les professionnels, débordés, s’y décrivent comme impuissants à produire le service de qualité qu’ils souhaiteraient, tandis que les résidents y vivent comme dans une impasse, avec la mort pour tout horizon. Mieux comprendre les contradictions de fond auxquelles la fabrique de la maison de retraite fait face au quotidien permet d’ouvrir des perspectives vers d’autres possibles.

Jean-Louis Genard, philosophe et sociologue au GRAP, ULB, sera le discutant de le séance.

Pratiquement

Cette conférence-débat s’adresse aux chercheurs, enseignants, étudiants, ainsi qu’à tout professionnel concerné par ces questions ou citoyen curieux. Accès Libre.

Rendez-vous le lundi 5 décembre de 14 à 16 heures à l’Institut de Sociologie de l’ULB – avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles – salle Henri Janne (15e).

Transports en commun : 7 - 71 – 72 - 25 & 94. Arrêts : Cambre-Etoile – Jeanne – Buyl.

Tél. : 02/650 33 61
http://cdcs.ulb.ac.be/

6/12/2016 - Séminaire du CES :Mise en place d’une assurance autonomie, travail du care et sécurité sociale

Intervenant : Hervé De Brouwer (USL-B)
Discutante : Annie Dussuet (Université de Nantes)

10 ans après la mise en place de la zorgverzekering en Flandre, la mise en place d’une assurance autonomie est à l’ordre du jour à Bruxelles et en Wallonie. L’objectif affiché consistant à répondre aux défis liés au vieillissement de la population, il s’agit d’un moment opportun pour se pencher sur le statut de ceux, et surtout de celles, qui viennent en aide aux personnes dépendantes (aidant-e-s proches et travailleur-se-s professionnel-le-s). Par qui ce travail de care est-il réalisé, et dans quelles conditions ?

Différents types de régulations sont possibles pour les « soins de longue durée », comme le montre la différence entre la trajectoire prise par le nord du pays (prestation monétaire) et celle envisagée par le sud (prestation de service). Comment ces différents modèles ont-ils un impact sur la prise en charge de la dépendance ? Quel est leur impact en terme d’inégalités de genre ? Comment influencent-ils la qualité des soins fournis, ainsi que la qualité des emplois existants/créés ? Quelle place pour les aidant-e-s proches ? Le dispositif titres-services sera également abordé, dans la mesure où de nombreuses personnes dépendantes (mais pas que !) en bénéficient.

Enfin, Hervé De Brouwer situera ces dispositifs dans une vision d’ensemble de l’organisation du travail et du système de sécurité sociale. Dans quelle mesure permettent-ils d’envisager un « au-delà de l’emploi » comme le proposent notamment certains juristes ou économistes avec les concepts de « droits de tirage » ou de « marchés transitionnels » qui visent à dépasser les apories de la sécurité sociale fordiste ?

Inscription gratuite mais obligatoire (des sandwiches sont prévus) : via ce formulaire

Mardi 6 décembre 2016, 10h-13h, Université Saint-Louis, local P61

08/12/2016 - La parole aux Sages-Femmes

Comment les professionnels de la santé envisagent-ils les défis du secteur ? Quelles réformes sont essentielles pour eux ? Quelles évolutions voient-ils pour leur profession ? Lors d’une série de débats inédits, les Mutualités Libres donnent la parole aux différentes professions médicales. Ce sont les sages-femmes qui ouvriront le bal. Elles donneront leur vision de la profession et débattront avec d’autres acteurs de la santé. La diminution du séjour à la maternité après un accouchement offre une occasion unique de réorganiser les soins relatifs à l’accouchement et de mettre à l’honneur le rôle essentiel des sages-femmes. Comment répondre à ces défis en assurant des soins de qualité dans et en dehors de l’hôpital ? Une évolution vers davantage de reconnaissance de la mission des sages-femmes et de leurs responsabilités impliquera-t-elle une rémunération correcte ? Qu’en sera-t-il de la prime télématique et du financement de cabinet ? Comment la formation des sages-femmes doit-elle évoluer pour faire face aux défis multiples ?
Les Mutualités Libres invitent les sages-femmes, mais aussi les autres prestataires de soins (gynécologues, gestionnaires d’hôpital…), les professeurs, les autorités de la santé et les médias à se joindre à ce débat qui s’annonce d’ores et déjà captivant !

Infos et contact : Piet Van Eenooghe 0478/474 373
Inscription en ligne.