CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Le CBCS en 2013 : rapport annuel

Les membres du CBCS se sont réunis en assemblée générale ordinaire le 22 avril dernier.

Parmi les décisions adoptées,

L’année 2013 a été marquée par une intensification des activités du CBCS, principalement due aux échéances des projets en cours :

  1. Réalisation et édition, avec et pour les organismes sectoriels agréés par le décret ambulatoire, du premier Rapport intersectoriel social-santé ;
  2. Finalisation et édition du rapport conclusif de la Démarche d’évaluation qualitative transversale 2011-2013 ;
  3. Finalisation de notre Démarche d’évaluation qualitative locale 2011-2013 avec mise en place des nouveaux outils de communication : site web, newsletter, mode d’emploi pour les partenaires intitulé "comment écrire pour le CBCS" ;
  4. Production d’un nombre suffisant d’analyses et études (2 dossiers, 2 Bruxelles Informations Sociales n° 169 et 170, 18 analyses de type Education permanente, quelques articles plus courts, revue de presse hebdomadaire, agenda intersectoriel hebdomadaire), tout cela afin que 2013 puisse être prise en compte comme année de référence pour l’introduction d’une candidature à l’agrément Education permanente à la Communauté française ;
  5. Participation et collaboration à un certain nombre d’événements et aux travaux du Conseil consultatif CoCoF ;
  6. Mise en place de la Plateforme associative de suivi du transfert et de l’implémentation de compétences à Bruxelles suite à la 6e Réforme de l’Etat, de son petit nom : la PLASTIC.

Cette intensification est également générée, nous semble-t-il, par la légitimation du CBCS dans son agrément comme organisme intersectoriel de coordination. La conséquence résulte en des attentes plus fortes en termes de résultats, sans augmentation parallèle des forces de travail.

2013 est donc ‘un grand cru’ pour le CBCS au niveau de ses activités.

Ce déploiement n’aurait pas été possible sans :

  • Un soutien de la CoCoF, au-delà de la subvention comme organisme intersectoriel (aides financières ‘en initiative’ de la Cohésion sociale, de l’Education permanente, de l’Action sociale -informatisation des services - et des Relations internationales) ;
  • La confiance des fédérations sectorielles social-santé dans la qualité de notre travail ;
  • La richesse de créativité et de réflexions en provenance des professionnels de terrain qui alimentent notre travail au quotidien ;
  • La gestion bienveillante du conseil d’administration ;
  • L’investissement d’une équipe toujours trop réduite par rapport à l’ampleur des défis.

Alain Willaert, coordinateur général du CBCS

Documents joints