CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Les 4 étapes de la gestion publique du secteur associatif à Bruxelles

Par Jacques Moriau, CBCS (juin 2016)

Cela fait maintenant une trentaine d’années que les politiques d’aide et de soins à destination des populations les plus démunies font l’objet de réformes et d’adaptations continues. Si l’on élargi la focale, cette situation apparaît comme un nouvel épisode de la transformation des relations qui, depuis l’immédiat après-guerre, lient, en Belgique, les politiques publiques aux logiques d’action étatiques. Dans une approche d’histoire des politiques sociales, la spécificité de la période que nous connaissons - marquée par des dynamiques d’activation, de responsabilisation et d’individualisation - tient d’ailleurs moins à l’intensité de l’emprise du politique sur l’associatif qu’à la façon dont celle-ci s’exerce et à quelles fins.

En revenant sur les rapports qu’entretiennent les projets associatifs, le service à l’usager et les modes d’implication des pouvoirs publics, nous nous proposons ici de différencier et de présenter quelques grands modèles d’intervention publique, à chaque fois caractéristique d’une certaine conception que se fait l’Etat de son rôle et de son action.

Ce travail descriptif cherche à rendre plus intelligible les transformations et les lignes de force actuelles qui traversent les politiques sociales . En revenant sur les origines de l’intervention sociale associative et sur l’évolution des compromis tissés entre les associations et les pouvoirs publics, il s’agira, en rendant visible la façon dont le travail de terrain est imbriqué dans des logiques qui, à la fois, le dépasse et l’organise, de montrer la forme spécifique d’intrication et de répartition des rôles qui se manifeste actuellement et les conséquences directes que celle-ci recèle pour les usagers comme pour les travailleurs du secteur.

LIRE L’ANALYSE (PDF)

A LIRE EGALEMENT

Qu’est devenu le modèle social-démocrate ?, par Bruno Vinikas (Pauvérité n°9 (09/2015)

Documents joints