CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

On se fout de la gueule de qui ?

Editorial De Pour la solidarité - PLS, European think & do tank engagé en faveur d’une Europe solidaire et durable, publié dans la newsletter de "Pour la solidarité", décembre 2017.

On se fout de la gueule de qui ?

En ce mois de décembre, 17 pays sont sortis de la liste noire des paradis fiscaux établie par les ministres des Finances européens. 47 autres pays sortent, eux, de la liste grise définie par les mêmes ministres et jugeant suffisants les engagements pris pour se mettre à niveau.

L’initiative prise par la Commission européenne de lutter contre l’évasion fiscale a pu paraître comme innovante, prometteuse, voire ambitieuse même si opportuniste au vu des derniers scandales Leaksiens !

Mais lorsque l’Union européenne décide de ne pas faire passer les tests à ses propres membres, que les engagements pris par les pays « gris » ne bénéficient d’aucune transparence, que les sanctions supposément infligées aux pays ne respectant par leurs mystérieux engagements sont floues, il est de notre devoir d’acteurs sociaux de rappeler aux citoyen-ne-s que lorsqu’une telle initiative a priori louable est prise par un exécutif, aussi critiqué que la Commission européenne, la décision finale en revient aux responsables politiques de nos États membres.

Décision prise à l’unanimité, à l’issue de négociations et de tractations de dernière minute (!) par les hommes et les femmes politiques que nous élisons dans nos États membres respectifs, qui plaident au soir des élections pour une politique de lutte contre la fraude fiscale… mais surtout sociale, où les actes de chaque chômeur-euse sont, eux, analysés à la loupe selon des critères transparents et réellement sanctionnés.

POUR LA SOLIDARITÉ-PLS se mobilise depuis sa création pour aider les citoyen-ne-s à appréhender les politiques européennes et leur impact sur notre vie quotidienne. 2019 sera une année électorale européenne au cours de laquelle nous n’aurons de cesse de vous rappeler les actes posés par les hommes et les femmes qui se présenteront à vous comme les défenseur-euse-s de vos droits à un emploi durable, à un logement décent, à une éducation de qualité, à des soins de santé égalitaires, à une alimentation de qualité… une cohorte de promesses tenues en menant des politiques d’austérité et en laissant « de côté les principaux parasites qui empoisonnent [nos] recettes fiscales ». [1]

Nous n’oublierons rien Messieurs et Mesdames les responsables politiques ! C’est une promesse que nous tiendrons !

Solidairement vôtres,
Françoise Kemajou et Denis Stokkink

A ce sujet également, lire le dossier publié dans le Soir du 13/11/2017 :

Et pour se faire une idée concrète sur l’absence de moyens en matière de contrôle de la fraude fiscale en Belgique et sur le nombre de dossiers classés sans suite :