CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Pas touche au secret professionnel 2

Nouvel appel à mobilisation !

Après la mobilisation de 800 personnes le 16 février dernier pour la défense du secret professionnel des travailleurs sociaux, [1] ... une nouvelle action symbolique est proposée :

« Le silence a du sens. Zwijgen is goud. »

La lutte est portée par Ecole en Colère, le Réseau Wallon de lutte contre la Pauvreté, La Ligue des droits de l’Homme, l’Association de défense des allocataires sociaux, Acteurs des temps présents et énormement d’autres structures et écoles.

Il est demandé aux associations, institutions, écoles etc... de faire des photos idéalement en groupe (dans ou devant votre/une association, cpas, école, ...) de personnes ayant tous le doigt devant la bouche (symbole du secret à garder) et une main à l’oreille (symbole d’écoute).
Indiquez ou montrez le nom de l’association, institution, lieu publique et n’hésitez pas à ajouter « Le silence a du sens. Zwijgen is goud.”Idéalement il faut que l’on reconnaissance votre institution ou la discipline que vous représentez...

Postez ensuite ces photos sur la page facebook https://www.facebook.com/events/1879002132357993/, twitter avec #secretprof #beroepsgeheim et envoyez-la à secretprofberoepsgeheim@gmail.com. Les photos seront "envoyées" aux députés.

Le Gouvernement se radicalise, il tue le secret professionnel ! De Regering radicaliseert, zij doodt het beroepsgeheim !

Les précarisés d’hier, d’aujourd’hui et de demain peut-être,
Les travailleurs sociaux, éducateurs, avocats, soignants, psychologues, nous tous !

Nous disons « non » à l’attaque sur le secret professionnel des travailleurs sociaux dans la proposition de loi [2] de la NVA et le projet de loi [3] qui seront bientôt discutés et votés au Parlement Fédéral. Dates indéterminées pour le moment.

De onzekere van gisteren, vandaag en misschien wel morgen, Sociale werkers, onderwijzers, advocaten, zorgwerkers, psychologen, iedereen !

We zeggen “nee” tegen de aanval op het beroepsgeheim van sociale werkers in het wetsvoorstel [4] van NVA en het wetsontwerp [5] dat in het federale Parlement zullen gestemd worden. Nog onbekend data.

Le contexte du « terrorisme » est utilisé pour faire passer des lois scandaleuses qui risquent uniquement d’alimenter la peur alors qu’il existe déjà une base légale qui permet de lever le secret professionnel s’il y a un risque non hypothétique de préjudice sur une personne. C’est un leurre de croire qu’appliquer ces lois aux travailleurs sociaux dans le secteur de la sécurité sociale permettra de lutter contre le terrorisme. En effet, les experts en radicalisation le disent : les personnes rentrant dans les réseaux terroristes sont en rupture totale avec les différentes aides sociales proposées. Pire, ces lois rompront la confiance possible entre usager et travailleur social. Cela fait partie d’une attaque générale du Gouvernement contre la sécurité sociale et l’aide sociale.

De context van het « terrorisme » wordt gebruikt om schandalige wetten te laten doorgaan die enkel en alleen angst zullen voeden terwijl er al een legale basis is die de opheffing van het beroepsgeheim toestaat indien er een niet hypothetisch vermoeden van risico is bij een persoon. Het is een sprookje te geloven dat het toepassen van zo’n wetten bij sociale werkers in de sector van de sociale bescherming een oplossing is tegen terrorisme.

In feite, zoals experts in radicalisatie het zeggen : personen die in terroristische groeperingen stappen zijn niet de mensen die hulp gaan zoeken bij de verschillende sociale instanties. Erger nog, deze wetten zullen al het vertrouwen schaden tussen de gebruiker en de sociale werker. Dit maakt gewoon deel uit van een aanval van de regering tegen de sociale zekerheid en het maatschappelijk werk.

Les fédérations et associations de CPAS ont vivement réagi, le Front peu commun [6] lancé par la Ligue des Droits de l’Homme et soutenu par De Liga voor Mensenrechten, des politiques, des écoles, le recteur de l’ULB, les psychologues, les syndicats.

Société civile, associations, services publics, nous disons « non » massivement !
Pas de ces lois ! Nous ne les appliquerons pas !
C’est le gouvernement qui est terroriste, qui se radicalise.

De OCMW-federaties en verenigingen, Front peu commun [7] met de Liga voor de Mensenrechten, verschillende politici en scholen, de rector van ULB, psychologen, vakbonden hebben al hevig gereageerd. Middenveld, verenigingen, publieke diensten : laten we samen “nee” zeggen tegen deze wetten ! Weg met deze wetten ! We zullen ze niet toepassen !
Het is de overheid die terroristisch is, die radicaliseert.

De nombreuses écoles sociales en verschillende sociale scholen
Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté
La Ligue des Droits de l’Homme
Ecole en colère
L’Association de Défense des Allocataires Sociaux
Les Acteurs des Temps Présents

Et les nombreux soutiens*, usagers, travailleurs sociaux, présidents de CPAS, avocats, magistrats, le recteur de l’ULB, … gebruiker, sociale werkers, OCMWvoorzitters, advocaten, magistraten, de rector van de ULB enz…

* Association des Secrétaires des CPAS bruxellois, Association Syndicale des Magistrats, CGSP ALR, CIRE, Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique, Collectif Solidarité Contre l’Exclusion, Comité de Vigilance en Travail Social, CSC Service public Bxl, délégation cgsp relai social du pays de Liège, Fédération des Services Sociaux, Fédération Wallonne des Directeurs Généraux de CPAS, Fédération des Etudiants Francophones, Fewasc, FGTB bxl, Hart Boven Hard, Inter-Cpas BW, ISSHA, Mouvement Ouvrier Chrétien, Setca, Mutualité socialiste-Solidaris, RTA, Sociaal Werk Actie Netwerk, Soyons Solidaires, Tout autre chose, Union Syndicale Etudiante et mobilisations d’étudiants futurs assistants sociaux et enseignants de l’Ecole Ouvrière Sociale, ESAS à Liège, HELHa Mons, HELHa de Montignies sur Sambre, Henallux Namur, IESSID, Institut Cardijn, IPSMA HEPH Condorcet à Marcinelle et ISFSC, studenten van sociale scholen Erasmus et Odisee.