CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Pourquoi les jeunes ne se révoltent-ils pas ?

Les jeunes se désintéressent de la politique mais ils continuent de résister à leur manière au sort qui leur est fait.

Pourquoi les jeunes ne se révoltent-ils pas ? Si l’on additionne leurs raisons de s’insurger –chômage, précarité de l’emploi, difficulté à se loger, ou à passer le très coûteux permis de conduire–, www.slate.fr s’interroge (article en ligne du 23.07.2015)

Deux raisons se confortent mutuellement. Dans une société hyper individualiste, où la sphère politique a perdu son pouvoir de séduction, qui a envie de s’impliquer en politique, à l’exception des quelques-uns qui souhaitent en faire un métier ? En balance, les jeunes ont développé de multiples formes de solidarité et d’activités qui permettent de résister vaillamment au sort qui leur est fait.

Individualisme
Sondage après sondage, le désenchantement à l’égard des partis politiques ou des élus nationaux ne cesse de prospérer, les jeunes ayant pris la tête de l’armée des désillusionnés : 13% de confiance pour le personnel politique, 22% pour le gouvernement. Parallèlement, les banques (52%) et les entreprises privées (78%) progressent dans le cœur des citoyens, les associations (82%) occupant la cime de ce baromètre de la confiance (Credoc, 2014). Les Français et les jeunes en particulier marquent de plus en plus leur déception et leur manque d’attente vis-à-vis du modèle social et de ses éléments de protection : ils adhèrent massivement à l’idée selon laquelle « les efforts de chacun pour vivre ensemble » constitue le premier levier de la cohésion sociale (35% d’adhésion chez les 18-24 ans, 40% chez les étudiants).

Par un mouvement progressif que n’a pas enrayé la venue au pouvoir de la gauche, ils accordent davantage de crédit à eux-mêmes et à leurs capacités d’auto-organisation pour surmonter leurs difficultés qu’à une inflexion politique.(...) (Lire l’article dans son intégralité sur www.slate.fr)