CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Revue de presse hebdomadaire - 10/11/2014

On a battu le pavé, jeudi 6 novembre. En masse. Au-delà des attentes. La presse a, bien entendu, relayé l’événement. En mettant parfois fort l’accent sur les dérives de fin de parcours mais en apportant également des analyses. Dans cet édito, Le Soir dénonce la surdité du gouvernement Michel, cause, selon lui, de la grève de jeudi et évoque, dans ce chat de 11h02 l’après-mobilisation. Quant au Vif L’Express, il analyse les enjeux de sortie de la crise sociale en appelant à la reprise du dialogue et à la nécessité de dépasser les clivages politiques. L’hebdomadaire revient aussi dans cette opinion sur la colère populaire aggravée, selon l’hebdo, par la radicalisation du gouvernement fédéral. La RTBF publie sur son site le portrait de manifestants, mettant un visage sur des revendications.

Sombres perspectives

Dans cette opinion publiée sur le site de la RTBF avant la manifestation nationale par Ludovic Voet, responsable régional Jeunes CSC Mons-La Louvière, il est question de l’impact des mesures d’austérité sur les jeunes. Autre nouvelle inquiétante sur le plan social : la fin de l’allocation accordée par l’INAMI aux malades de longue durée. Nouvelle démentie quelques jours plus tard

Economistes, imposteurs ?

L’Obs (ancien Nouvel Observateur) relaie ce questionnement posé par deux intellectuels français, Marcel Gauchet (historien) et Daniel Cohen (lui-même économiste) : les économistes sont-ils légitimes ? Si, personnellement, nous ne nous prononcerons pas sur la question, nous nous permettrons quand même de remarquer un point commun entre tous ces grands spécialistes : ils parlent avec les mains.

Anecdotique  : un expert français préconise une mesure belge pour lutter contre le chômage. À lire dans Le Vif l’Express.

Crise et précarité

Et pendant ce temps, sur la place financière luxembourgeoise, les affaires continuent. On apprend un nouveau concept de droit fiscal : les tax rulings, ou comment négocier avec le fisc une réduction de ses impôts. Un dispositif qui existe chez nos voisins grand-ducaux qui se sont empressés de préciser que tout cela était légal, - à défaut d’être moral -, et de nous rappeler que chaque pays de l’Union européenne disposerait dans sa législation de l’un ou l’autre dispositif avantageux… De son côté, le gouvernement Michel envisage de lancer la taxe Caïman pour lutter contre les deals fiscaux.

Un argument en faveur d’une harmonisation d’une compétence qu’aucun État-Membre n’a, avouons-le, envie de déléguer à l’Europe : le nerf de la guerre fiscale. Hypocrisie.

Et pour conclure, regard décalé sur ce dossier épineux qui ne manquera pas de refaire parler de lui, celui de Daniel Schneidermann, journaliste spécialiste des médias, dans son blog hébergé sur le site de Rue 89. Et en conclusion, sur son blog, le correspondant à Bruxelles de Libération, Jean Quatremer, publie l’interview de Jean-Claude Juncker, le très luxembourgeois Président de la Commission européenne. Celle-ci avait d’ailleurs déjà soulevé quelques critiques en raison notamment de la nomination de deux Commissaires controversés : notamment au sujet du Commissaire espagnol (Énergie et Climat) jugé proche des lobbys énergétiques et du Commissaire hongrois (Citoyenneté) accusé d’avoir pris des mesures liberticides dans son pays… La Libre Belgique publie sur son site un webdoc sur la nouvelle composition de l’exécutif communautaire.

La culture belge coûte trop cher ? Écoutez Nick Cave !

Nous évoquions la semaine dernière les mesures d’austérité qui touchent les institutions culturelles fédérales et régionales et le tollé qu’elles avaient soulevé. Dans une de ses célèbres chansons, Nick Cave disait ceci : « This is the weeping song/ A song in which to weep » (que nous traduirons sans aucun talent par C’est une chanson triste/ Une chanson à pleurer). Aujourd’hui, c’est sur la culture belge que le chanteur néo-zélandais à la voix de ténor verse une larme.

Santé : des mutuelles plus transparentes ?

La Ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD), annonce une série de mesures dont une plus grande transparence financière pour les mutuelles. À découvrir dans La Libre Belgique et dans L’Echo.

Féminisme : langue, pub, petits boulot

Jolie réflexion de l’écrivaine, Marie Darrieussecq, sur le féminin et le masculin dans la langue. A lire également sur Rue 89 un message qui se voulait féministe qui voulait surtout vendre des t-shirts.

Il y a des boulots où il est plus difficile d’être féministe que d’autres. Serveuse, par exemple.

Familles et jeunesse

Les familles recomposées sont devenues une banalité. À laquelle le droit successoral ne s’est pas encore adapté.

Aimer en Algérie, c’est compliqué, surtout quand on est jeune. Alors, il faut faire preuve d’imagination et de débrouillardise (et de langage secret…), comme l’illustre ce témoignage.

Ils seraient blasés, accrochés à leurs tablettes, peu intéressés par les affaires du monde. En réalité, nos jeunes aiment l’info, mais pas celle diffusée dans les journaux. L’hebdomadaire culturel Télérama évoque quelques pratiques de consommation de l’info par les « djeuns ».

Racisme

La nouvelle de la nomination de Matthias Storme (N. V-A), opposant notoire à la législation anti-discrimination, au poste d’administrateur au Centre Interfédéral pour l’Egalité des Chances a été fortement critiquée. Le Vif l’Express a rencontré le politicien et tenté de décortiquer la stratégie du parti nationaliste flamand.

L’hebdomadaire publiait également cette opinion sur la contagion du spectre politique belge par les idées d’extrême droite. La lepénisation des esprits, à la belge, en quelque sorte.

Prison et justice : entre grève et pénurie

La fronde sociale se manifeste aussi au sein du personnel pénitentiaire qui est parti en grève partout dans le pays. Le Soir relaie l’info tandis que la RTBF analyse leurs revendications en s’inspirant d’un cas concret : la prison de Tournai.
La justice désargentée, on connait. Voilà concrètement ce que cela donne pour ses auxiliaires dont les factures impayées se pèsent désormais au kilo.

Bonus

On est accro à internet ! Une chroniqueuse web dénonce le phénomène mais là où d’aucuns voient un problème technologique auquel il faut répondre par une solution technologique (eh oui, il existe des applications pour vous aider à déconnecter de la toile !), elle voit surtout un problème de société.

La vérité sort toujours de la bouche des enfants. Enfin, pas toujours, mais les bonnes questions, certainement ! A découvrir : ces pastilles sur France Inter où des enfants posent des questions et des spécialistes leur répondent.

N.De, 7/11/2014