CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Travail social et militantisme

Notre revue Bruxelles Information Sociales sort son 174ème numéro !

(Cliquez sur l’image pour accéder au PDF !)
BIS 174
Lorsqu’en équipe de rédaction du BIS, nous avons décidé ce numéro sur les initiatives sociales et citoyennes, épatés que nous étions par la foultitude de « nouveaux » mouvements sociaux (Tout Autre Chose, Acteurs des Temps Présents, 136jours, Ecole en colère, Nuit debout, …), nous avions cette hypothèse : l’associatif subventionné - considéré par l’autorité politique comme service public fonctionnel - n’était plus en capacité de jouer pleinement son rôle de contre-pouvoir ; dès lors, selon le principe des vases communicants, le militantisme progressiste investissait ou créait d’autres lieux, dégagés de toute dépendance au pouvoir dominant. Au fil de nos rencontres, de nos lectures, de nos investigations, on s’est rendu compte que l’équation était moins caricaturale, plus complexe.

Parce que de tout temps, et particulièrement depuis la fin du 19ième siècle, des mouvements plus ou moins organisés sont nés chaque fois que le pouvoir dominant imposait trop d’injustice sociale et économique, comme c’est le cas aujourd’hui.

Parce que des initiatives citoyennes « novatrices, « alternatives », « révolutionnaires » au moment de leur émergence, ont été par la suite reconnues et soutenues par l’autorité publique. Pensons aux plannings familiaux, aux maisons médicales …

Parce qu’on trouve bien souvent derrière la logistique nécessaire au fonctionnement de ces « nouveaux » mouvements sociaux, des structures institutionnalisées et leurs travailleurs (syndicats, services d’éducation permanente, associations culturelles …)

Parce qu’à Bruxelles, les relations entre les services subventionnés, le politique et son administration sont globalement bonnes, malgré l’usage devenu trop fréquent de la gouvernance par appel à projets, qui confisque aux associations « le sens de leur action ». (lire p. 3), ainsi que la tentation de plus en plus assumée de vouloir imposer des méthodes d’évaluation et de rapportage importées du secteur privé commercial, basées sur la culture du chiffre.

Parce que les autorités politiques bruxelloises ont réussi jusqu’ici à préserver les secteurs de l’aide et du soin des coupes d’austérité telles que pratiquées par le Fédéral ou dans d’autres domaines (culture, EP …).

Mais si, pour ces secteurs, les financements ne faiblissent pas, ils n’augmentent plus à la mesure de l’accroissement des besoins de la population et des demandes adressées aux associations.

Dans ce contexte de ressources limitées et d’augmentation des demandes d’aide et de soin, le mot d’ordre est de « faire plus et mieux ». Alors, que ce soit dans l’associatif subventionné ou via la mise en place de « nouvelles » initiatives sociales et citoyennes, le moins que l’on puisse écrire, c’est que cela réfléchit et expérimente à tous les étages !

On cherche d’autres formes d’organisation de la première ligne et/ou des financements alternatifs et complémentaires aux subventions d’Etat. (lire p. 9) ; on explore les marges du travail social institutionnalisé (lire p. 12 et p. 17) ; on se rassemble pour comprendre et proposer d’autres horizons (lire p. 26), voire pour mieux s’outiller et résister. (lire p. 32)

Rien d’exhaustif dans cette énumération, juste quelques exemples parlants de militantisme en œuvre dans les talvères du social (lire p. 34), c’est ce que propose ce dossier.

Alain Willaert, coordinateur CBCS asbl (11/2016)

A lire aussi

“Le milieu associatif subventionné a du mal à garder une parole libre”

Documents joints