CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

"Covid-19 : quatre scénarios pour l’après-crise"

Notes de veille prospective, IWEPS, 2020 (Source : Cultures&Santé, voir rubrique "Epidémie Covid sous le signe de l’équité")

À quoi ressemblera le monde d’après ? La question peut paraître prématurée au moment où tant d’incertitudes subsistent quant aux effets de long terme de la crise sanitaire, qui dépendront de sa durée, de l’efficacité des mesures prises pour la contenir, mais aussi de l’intensité du ou des pics épidémiques qui risquent de lui succéder. Très vite, pourtant, visions du monde, scénarios et hypothèses d’évolution pour l’après-crise se sont multipliés dans l’espace public. Première pandémie vécue et commentée en direct par l’humanité, un tel événement bouleverse les représentations que nous avons de nous-mêmes et de nos sociétés. Pour certains, il offre une opportunité de revoir l’ordre de nos priorités, de transformer en profondeur nos comportements individuels et collectifs. Pour d’autres, il constitue une sorte de fait de nature, une épreuve redoutable mais que nous surmonterons de manière à reprendre le cours de nos activités – en espérant pouvoir en tirer des leçons pour éviter que la crise ne se reproduise et renforcer notre résilience. Pour d’autres enfin, en affectant les chaînes d’interdépendance qui constituent la trame
même de notre mode de production et de consommation, il expose la vulnérabilité du système des échanges internationaux, au point que celui-ci pourrait connaître un effondrement total ou partiel.

Transformation, retour à la normale, résilience ou effondrement : tels sont les quatre scénarios autour desquels nous semblent avoir gravité, lors du premier mois de crise, la majorité des prises de position qui se sont efforcées d’imaginer l’après. Dans cette note de veille, nous proposons d’explorer ces hypothèses, dont le regroupement est le résultat d’un suivi quotidien de l’événement et des commentaires qu’il a suscités au cours du premier mois de débats sur l’après-crise (lettres ouvertes, cartes blanches et prises de positions institutionnelles, mais aussi premières analyses et interventions d’experts, avec un biais assumé
pour les sociologues de l’action publique et du risque).

Accès à l’intégralité de la note ici.