CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Le Syndicats des locataires appelle à un moratoire des expulsions domiciliaires jusqu’au printemps

Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale doit prolonger le moratoire des expulsions domiciliaires jusqu’au 20.03.2021 au minimum.

Chaque année, 600 familles de locataires sont expulsées effectivement de leur logement (sur 5.000 demandes d’expulsion par an à Bruxelles, 600
aboutissent réellement !).
Ce chiffre impressionnant est lié à la paupérisation constante des Bruxellois et à l’augmentation permanente des loyers.

Cette tragédie annuelle va exploser à cause de la Covid : des milliers de travailleurs- euses ont, en effet, perdu tout ou partie de leur source de revenu et se trouvent dans l’impossibilité de payer leur loyer.
Nombreux-euses sont ceux qui risquent désormais de se retrouver à la rue.

Le 4.11.2020, un arrêté interdisant les expulsions domiciliaires jusqu’au 13 décembre inclus a été pris par le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale. [1]

La Région Bruxelloise avait déjà imposé pareil moratoire lors de la première vague pandémique.
Conformément à ce dernier arrêté, toutes les décisions judiciaires et administratives ordonnant une expulsion de domicile sont automatiquement suspendues jusqu’à cette date, à l’exception des expulsions justifiées par un péril grave et imminent pour la sécurité publique.
Le loyer reste toutefois dû pendant la période temporaire d’interdiction des expulsions.
Le motif de cette interdiction est double : elle vise à protéger les bruxellois les plus précarisés, d’une part, des contaminations du coronavirus et, d’autre part, de la perte de leur logement en pleine période hivernale.

La Belgique est durement touchée par le coronavirus et déplore le taux de mortalité par habitant le plus élevé au monde. [2]

Ces derniers jours, le nombre de contaminations est reparti à la hausse.«  [3]

La période hivernale n’a, en outre, même pas encore commencé.
Alors que le gouvernement fédéral nous demande de rester confinés jusqu’au 1er février au minimum, les expulsions domiciliaires pourront reprendre mi- décembre !

Cette possibilité entrainerait la mise à la rue de familles entières pendant une crise sanitaire et sociale comme nous n’en avons plus connue depuis la Seconde
Guerre mondiale. Cette possibilité est d’autant plus catastrophique et cruelle qu’il n’y plus une seule place dans les centres d’hébergement.

Pour ces raisons, nous demandons instamment, au gouvernement bruxellois qu’il continue de prendre ses responsabilités en prolongeant le moratoire jusqu’au 20 mars 2021, c’est-à-dire jusqu’à la fin de l’hiver.
Nous demandons également que les locataires ayant perdu tout ou partie de leur revenu puissent auto-réduire leurs loyers de 25 %.
Les petits bailleurs, hyper-minoritaires au demeurant, qui seraient impactés par une telle mesure auraient évidemment le droit de se faire aider par le CPAS de leur résidence.

Pour le Syndicat des Locataires José GARCIA
Secrétaire général