CBCS - Conseil Bruxellois de Coordination Sociopolitique
Pour les professionnels du social-santé à Bruxelles

Le rôle croissant des banques alimentaires. La dure réalité de la faim qui se propage dans les pays « riches »

À surveiller en 2020 : le nombre croissant de personnes qui souffrent de la faim et dépendent des aides pour nourrir leur famille, même dans les pays les plus riches. Article en ligne sur le site de Human Rights Watch (20/12/2019)

Le Royaume-Uni, comme l’a signalé Human Rights Watch, en offre un exemple frappant. Depuis que les dépenses publiques consacrées à l’aide sociale pour les familles les plus pauvres ont commencé à être réduites en 2010, l’utilisation du plus grand réseau de banques alimentaires du pays – qui représente les deux tiers environ de la distribution d’aide alimentaire – a été multipliée par 50, pour atteindre 1,6 million de colis d’urgence pour trois jours distribués l’an dernier. Il y dix ans, on ne comptait que quelques banques alimentaires indépendantes de taille réduite au Royaume-Uni ; on compte aujourd’hui près de 850 banques de ce type aujourd’hui.

Les écoles, les jardins d’enfants, les centres communautaires, les organismes de bienfaisance et les groupes religieux sont intervenus au niveau local pour combler le vide résultant d’une décennie de restrictions budgétaires ; aujourd’hui, nombre de ces structures nourrissent les familles vulnérables, souvent avec des parents qui travaillent, s’assurant que chaque enfant reçoive au moins un repas chaud par jour pendant les vacances scolaires.

Lire la suite par ici.